CCMN CENTER

CCMN CENTER

Pour des journalistes au service de la société

La Cameroon  Comunity Media Network (CCMN) du centre a tenu sa première réunion en ligne ce samedi 02 mai 2020. Par la même occasion, les participants ont reçu un atelier de renforcement de capacité en reportage humanitaire.

En prélude a  la journée mondiale de la liberté de la presse du 03 mai célébrée cette annÃée sous le thème : « journaliste sans crainte ni complaisance », les journalistes membres de la CCMN center ont tenu une réunion en téléconférence sous la conduite de leur coordonnatrice du centre Moma Sandrine. Après le dévoilement du  thème choisis cette année pour ces travaux : « la sécurité des journalistes, liberté de la presse et capture des médias », la coordonnatrice régionale Moma Sandrine exhorte les participants un temps soit peu, de projeter un regard sur la liberté des journalistes des journalistes dans l'exercice de leur métier.  A ce sujet,  Pour Bahané Marie : « la véritable liberté pour la presse camerounaise demeure une quête. Chaque médias use de moyens pour sortir la tête de l'eau mais, la presse ne jouit pas véritablement d'une autonomie digne de ce nom » et d'en rajouter un autre participant, « cette liberté est limitée du fait qu'aucune véritable règle juridique n'existe pour recadrer le métier. D'autre part, certains pratiquent le métier sans tenir compte de la déontologie liée à la pratique du journalisme. Ce qui qui est à l'origine de certains dérapages et condamnations ». Pour sortir de cette impasse qui met les professionnels de ce métier à  rude épreuve, de l'avis des participants,  ces derniers doivent prendre conscience de sa propre situation. Qu'il se remette en cause et revoit les méthodes de leur travail, respecter l'éthique et la déontologie, avoir des sources crédibles etc.

 

A la suite de cette réunion, s'en est suivi un atelier de formation sur le reportage humanitaire  qui est un reportage axé sur la condition de vie d'une population. C'est un reportage qui permet d'attirer l'attention des décideurs sur la vie et conditions de vies d'une population et comporte des faits, parsemé d'un degré de sensibilité émotionnelle. Selon la coordonnatrice régionale dans son exposé, «  avec le déclenchement de la pandémie de coronavirus, il est essentiel que nous commencions  à  examiner les rapports humanitaires. De tels reportages pêchent l'espoir auprès de la population. Les rapports ne commencent pas par le nombre de morts mais plutôt par le côté historique qui raconte à la population affectée qu'il y a de l'espoir malgré les moments difficiles auxquels elle est confrontée».

 

Le reportage humanitaire obéit à quatre principes selon la formatrice: la neutralité, l'impartialité et l'indépendance. Le rôle d'information pour les médias local et bien d'autres ont été développé au cours de cette rencontre qui a durée environs deux heures de temps.

 

Au sortir de cette formation, en mettant l'accent sur le slogan de ccmn:« 10% media et 90% communauty», il est rappelé aux participants le rôle des journalistes communautaires qui est celui de déployer la voix des masses.  

 

LM

 

Source: camerplay.com

Tu pourrais aussi aimer ...